dimanche 23 août 2009

F3. MONASTERES, TEMPLES de SARNATH


MONASTERES, TEMPLES

de SARNATH



Sarnath regorge de lieux bouddhistes : monastères, temples, stupas, sociétés, associations, etc.
N'ayant visité le village qu'une journée, je ne prétends pas à l'exhaustivité.
Mon but est de donner un aperçu de quelques lieux bouddhistes de Sarnath.

A droite du portail d'entrée du monastère tibétain, un texte peint sur le mur résume le drame du Tibet depuis son occupation par l'armée chinoise. Dans la cour à droite, grande sculpture de Bouddha. Un texte est dédié à ceux qui ont donné leur vie pour libérer le Tibet occupé. L'endroit semble idéal pour y passer quelques nuits. Beaucoup de chambres sont inoccupées.

A l'intérieur du temple, une femme médite. Il n'est que 7h du matin, beaucoup de résidents dorment encore ou se lèvent tranquillement. A 6h30, j'ai loué un autorickshaw à Varanasi. En trente minutes, je me trouvais à Sarnath. A la guesthouse de mon ami Mathias, je laisse un mot, car les Français dorment encore. La journée s'annonce belle, pas de pluie de mousson à l'horizon...

Le monastère japonais est tout proche. Construit vers 1985, son style typiquement japonais semble intemporel. Le beau jardin est parsemé de deux stèles, d'une statue de Bouddha... Celle-ci le représente au parc aux Cerfs, prêchant la Voie du Milieu.

L'intérieur du temple est design, dépouillé. Verticales et horizontales se croisent à angles droits, sans fioritures. En revanche, le fond du temple est surchargé de statues, de lampes, de photos et autres objets souvent dorés. Le sacré prolifère en produits dérivés !

Surpris, j'admire une statue du Bouddha couché. On s'attendrait à la trouver à Kushinagar, mais à Sarnath ? Je suis seul et j'en profite pour la photographier à loisir. Ses pieds sont très allongés. Cela a-t-il une signification particulière ? Ce temple est d'un gout exquis à l'extérieur. Je m'attarde un peu dans le jardin. Simplicité dans la beauté.

Dans une rue parallèle, je passe devant un vieux portail abandonné, rongé par le temps. Je le préfère cent fois au portail actuel du temple chinois ! Lequel rouge vif, massif et moche, me fait douter du bon goût chinois.

Le jardin est soigné, accueillant. Buis, arbres, lanternes, guirlandes multicolores, agrémentent l'espace. Mais les portails des quatre accès latéraux sont fermés. Impossible de vagabonder dans le jardin ! Seule la voie centrale menant au temple est ouverte.

L'intérieur est quelconque. En revanche, je saute de joie en voyant un grand panneau visualisant sur une carte de l'Asie les voyages de mon ami HUANZONG ! (grand voyageur chinois du VIIe s.) Je travaille en ce moment à un article sur son périple en Inde.

Après un petit déjeuner, j`attends 9h30 en écrivant. Le gérant de la guesthouse m`a proposé de prendre le petit déjeuner avec le quatuor de Frenchies. Je les rejoins attablés dans le jardin. J'ai connu Mathias au Ladakh en 2007. J'ai voyagé une dizaine de jours avec lui et ses deux enfants à Shey, Chemrey, Thiksé. Nous avons même randonné dans le Cham (voir un article dans le blog "inde2"). Cette fois Mathias accompagne une amie et deux cousines.

Dans l'après-midi, je n'ai pas le temps de visiter les monastères thaïlandais et birman. Je passe devant des dharamsalas, des bâtiments de la Mahabodhi Society ou d'autres associations. Dans le blog "jainiste", je parle brièvement du temple jaïn, situé près du Grand Stupa, le monument le plus célèbre de Sarnath.

Le Grand Stupa (Dhamekh Stupa) mesure 35 m de haut. Quand on visite les ruines archéologiques, on cherche inconsciemment à l'apercevoir. On espère trouver l'angle idéal pour le dessiner ou le photographier.
Sa silhouette est massive.
Sa base de pierre, remontant au IIe s., av. J.C. à un diamètre d'environ quarante mètres. Elle est décorée de frises florales et géométriques discontinues.
La partie supérieure en briques, cylindrique, est remaniée au VIIe s.
Cette masse de pierre et de briques n'est pas comparable au chef d'oeuvre de Sanchi, le merveilleux stupa n.1...


La plupart des temples et monastères, ravagés par des raids d`armées musulmanes se réduisent à leur infrastructure, au raz du sol.
On peut citer le Dharmarajika stupa, ou le vieux temple Mulgandhakuti (rappelant le lieu où Bouddha passe sa première mousson à Sarnath).
Je suis très déçu, en voyant les misérables restes du célèbre pilier d'Asoka.
De plus, ils sont protégés par une cage grillagée, qui les masque en partie...


A l'exterieur des ruines, on a construit en 1931 un nouveau Mulgandhakuti Vihara.
Il contient des reliques de Bouddha.
Les murs sont décorés de fresques du peintre japonais Kosetsu Nosu.
A côté, une enceinte protège un banian sacré, issu d'une pousse venant de l'arbre pipal du Sri Lanka.



Lionel Bonhouvrier.

F2. SARNATH, le MUSEE ARCHEOLOGIQUE


SARNATH, le MUSEE

ARCHEOLOGIQUE



Un voyage en Inde peut parfaitement se justifier pour visiter le musée archéologique de Sarnath. On ne ressort pas de tous les musées, conscient d'avoir vu plusieurs oeuvres exceptionnelles.
C'est le cas du musée de Sarnath.


Dans la guérite du jardin, on doit déposer sacs, appareils photo et caméras dans des casiers.
Dommage qu'on ne puisse photographier les oeuvres...
Dès l'entrée, une bouffée de fraîcheur nous euphorise.
La climatisation fonctionne à plein régime !

De plus, cette salle d'entrée est la plus belle.
Elle présente de nombreux Bouddha du Ve s, dans la posture de l'abhaya (offre de protection).
Deux énormes ombrelles de pierre, dont l'une est perchée sur son axe, donnent une idée de l'échelle des statues.
Et une Tara bien conservée, dont les seins en pamplemousse semblent prêts à exploser au moindre souffle...


Dans l'aile droite du musée, une salle regroupe les oeuvres hindoues.
Elles sont souvent abimées...
Mais une grande sculpture du XIIe s. est intéressante. Elle représente Shiva luttant contre le démon Andhaka.

La salle d'entree s'ouvre sur le célèbre Chapiteau aux Lions.
Il coiffait la colonne d'Asoka (IIIe s. av.J.C.), dont on peut voir des tronçons sur le site archéologique.
Du bloc de pierre jaillissent quatre lions sculptés avec leur tête, leur poitrail et leurs deux pattes antérieures.
Ils montrent les quatre points cardinaux, gueule ouverte, babines retroussées et crocs agressifs. Leur physionomie est ouverte, déterminée.
Au-dessus de leurs têtes était posée une Roue de la Loi en pierre.
Certains fragments de cette Roue sont exposés contre le mur.
Les pattes des quatre lions reposent sur un anneau, décoré d'une roue et d'un animal, en alternance.
Les animaux sont symboliques : taureau, cheval, lion et éléphant.
Le socle de l'anneau est une base sculptée en bouton de lotus, dont les nervures lisses sont très apparentes.



Ce bloc de pierre est massif, très stable, à l'image de la stabilité de la Loi bouddhique.
Le dynamisme de la Roue est lisible dans les boucles tourmentées de la toison des lions, les multiples rayons des roues, ou sur le bouton de lotus, dont les nervures rebiquent.
Et regardez ! Le cheval galope, le lion remue sa longue queue, tout change et se transforme...


Ce chapiteau est vraiment un chef d`oeuvre de l'art maurya, époque du grand empereur Asoka.
L'Union indienne l'a choisi comme symbole.
Il est dessiné au recto de tous les billets de banque indiens, en bas à gauche de chaque billet.

Mon oeuvre préférée du musee archéologique de Sarnath, représentative de la période gupta, est un Bouddha en posture d`enseignement.
Le siècle n'est pas précisé. Je suppose que c'est le Ve s. après J.C.
Son état de conservation est exceptionnel.
Seules les mains sont un peu abimées, ainsi que les deux anges, en haut de la Roue.

La grande pureté de style de ce groupe sculpté me réjouit.
Art classique, qui maîtrise à la perfection les lignes et les symboles.
Tout est à sa place.
Changer un élément reviendrait à détruire l'harmonie de l'oeuvre.

L'oeil est d'abord attiré par le Bouddha, assis en posture de yoga.
Les deux plantes des pieds regardent le ciel.
Dos vertical, épaules bien en place.
Les mains se touchent, aériennes, et papillonnent.
La tête est droite, sereine. Les paupieres baissées, presque closes.
Le corps est fin, sans excès de graisse.

L'attention se fixe ensuite sur la tête du Bouddha.
Au sommet du crâne, un chignon. Les nombreuses bouclettes rendent visible une chevelure rase.
Le front est dégagé. Beauté des arcades sourciliaires, du nez et des yeux baissés.
Une lèvre inférieure plus épaisse donne à la bouche un aspect sensuel.
Les oreilles, étirées en longueur, ne détruisent pas cette impression d'harmonie.

Bouddha est assis sur le symbole d'une fleur de lotus.
Sous le siège, le public est représenté par six personnes en prière.
Au milieu, la Roue de la Loi avec deux cerfs (ou deux biches).
Derrière le Bouddha, une grande Roue stabilise l'ensemble sculpté.
Au niveau des coudes, deux léogryfes debout se dressent vers l'extérieur.

Ce Bouddha est une oeuvre magnifique, sublime sous un angle spirituel.
Avec ce groupe sculpté aux dimensions humaines, l'art gupta atteint son apogée.
La beauté du visage dégage une sérénité exceptionnelle.
L'aisance de la posture des jambes et des pieds, l'agilité des mains donnent au corps sa souplesse.
La Roue du Dharma symbolise cette perfection. Sculptée du côté extérieur, elle reste lisse en son coeur pour mettre en valeur la tête du Bouddha.

Lionel Bonhouvrier.

lundi 17 août 2009

D4. MONASTERE BIRMAN (BODHGAYA)



MONASTERE BIRMAN

(BODHGAYA)



Si vous cherchez une chambre à Bodhgaya, au rapport qualité-prix imbattable, vous la trouverez certainement au monastère birman.
C'est un de mes lieux préférés au cours de ce voyage 2009.


Grâce à plusieurs bâtiments, parmi les dizaines de chambres, il y en a toujours une de libre pour vous !
L'accueil est simple, discret, efficace.
Je ne m'inscris dans leur registre que plus de 24 h après mon arrivée...
Je règle six nuitees, non à la reception (vide à ce moment), mais à un moine, qui lisait son journal dans la cour...


Les chambres sont grandes, propres.
Beaucoup sont dotées de moustiquaires suspendues au-dessus du lit ! (Bien sûr, les fenêtres et la porte sont protégées par des moustiquaires permanentes).
A chaque étage, des douches et toilettes sont accessibles.
Depuis longtemps, je préfère une chambre sans salle d'eau. Celle-ci attire les bestioles gênantes... Vive douches et toilettes à l'extérieur des chambres !


Une chambre ne coûte que 100 roupies la nuit.
On y reste le temps qu'on veut.
On ne vous relancera pour vous faire partir !


Le monastère est un espace préservé, calme, très verdoyant et propre.
Quand je sors le matin, le contraste est saisissant...
Je m'élance dans une rue poussiéreuse, agitée.
On crie autour des autorickshaws, les moteurs pétaradent...
La boue, la poussière, les gaz d'échappement mélangent leurs miasmes...


Dans la grande cour du monastère birman, on entend souvent le chant des oiseaux.
Les quelques chiens sont aussi calmes que les humains.
La majorité des residents sont des moines bouddhistes.
Dans le bâtiment où je loge, beaucoup de chambres sont inoccupées à partir du 2eme étage.



J'occupe une chambre au 1er étage, assez près du toit du temple.
Tous les matins, je grimpe sur le toit terrasse.
Le lever du soleil est rarement spectaculaire. Cette semaine, la mousson charge le ciel d'épais nuages.


Sur le toit, je dérange de nombreux oiseaux, très farouches, attirés par les arbres magnifiques de la cour.
Tourterelles, aigrettes, hérons, et tous ceux dont j`ignore le nom...
Pour les photographier, armez-vous de patience.
La patience, seule vertu vraiment indispensable en Inde.


Lionel Bonhouvrier.

dimanche 16 août 2009

D3. QUINZE AOUT A BODHGAYA (15.08.2009).


QUINZE AOUT à BODHGAYA


Ce matin, 15 aout 2009, un défilé parcourt les rues de Bodhgaya en l'honneur de la Fête de l'Indépendance de l'Inde (15 août 1947).
En tête, une fanfare, dont les musiciens portent un vêtement traditionnel multicolore, avec une coiffe de casoar. Je compte un trombonne, deux trompettes, une clarinette, un tambour, des hochets... et un éphèbe magnifiquement déguisé... sans instrument (la mascotte de la fanfare ?)

Le cortège s'immobilise au niveau de la poste, en contrebas du temple Mahabodhi. En face, le petit square, où le buste blanc de Gandhi est honoré. Un homme passe une guirlande de fleurs au cou du Père de la Nation. Le square est pavoisé aux couleurs de l'Inde.

Derrière les musiciens, une bannière blanche porte cette inscription :

jeanamitabh BOARDING SCHOOL
Le défilé reprend. Des groupes d'écoliers en uniformes avancent, certains jouant du tambour. Sur un cheval, une jeune fille, tunique orange, tient un sabre...
Le cheval, couvert de pompons, de grelots et de colliers, est tenu en bride par un barbu enturbanné. La cavaliere porte sur son dos un bébé de chiffon.

Ensuite avancent des jeunes filles en sari blanc, liseré de rouge, tenant chacune un grand drapeau de l'Inde. Derrière, des garçons en kimonos rouges, dont seuls les quatre premiers ont un petit drapeau de l'Inde.

Un char à boeufs, pavoisé de rameaux, transporte quatre garcons debout, visiblement déguisés. Qui sont-ils ? Je crois reconnaitre un Hindou, un Musulman et un Sikh. Mais qui est le quatrième ? Impossible d'y voir un Bouddhiste ou un Chrétien... Il ressemble à un cow boy !

D'autres écoliers, porteurs de drapeaux, en uniformes bleus, puis blancs se succèdent. Sur un véhicule, une jeune fille debout se tient raide. C'est Miss India, coiffée d'un diadème doré, et portant le drapeau national. Son visage maquillé et inexpressif, peu intelligent, me frappe.
Un véhicule transporte aussi une singulière potence. Quatre jeunes hommes portent la corde au cou ! Ils reprennent en choeur un sloggan, sans se lasser.

Derrière, un tracteur décoré tire un grande charette. Dans une jungle d'opérette, une demi douzaine de garçons, grimés en soldats, prennent des poses, miment la guerre. Un garçon menace les autres de son arme avec délice en criant des ordres...

Je prends des photos des participants. Je les inserrai dans cet article dans quelques mois. Prenez patience ! L'après-midi, je visite une poignée de monastères bouddhistes.

* * *

Au delà du parc de Bodhgaya, le monastère chinois est fermé pour travaux. A travers les vitres encrassées, difficile de voir les statues de l'immense salle du temple. Un escalier en colimaçon rouge me plaît. Dans le petit temple côté cour, je m'essaye à photographier une bougie flottante.

A côté, le monastère de Taïwan possède un temple minuscule, doté de trois grandes statues. Je photographie un Bouddha obèse, tout sourire... Le nombre de chambres est considérable et des travaux sont en cours. Du haut de sa terrasse, vue large sur un monastère tibétain, les gens dans leur cour, panorama sur la campagne...

Apres le musée archéologique, je longe le monastère du Bengla-Desh. De la route, un grand Bouddha pastel ne passe pas inaperçu.

Le monastère royal Thaï me fait un peu peur. Je me souviens du temple thaïlandais de Lumbini, copieuse patisserie blanche... Ici, l'exterieur frise parfois le kitsch chic... J'apprécie peu à peu ce style déconcertant. Je photographie surtout des détails : bouts de fenêtres, vitraux...

A ma surprise, l'intérieur du Royal Thaï me retient un moment. Les revers de fenêtres sont magnifiquement gravés. Les vitraux sont originaux, leurs couleurs donnent une ambiance méditative. En levant la tête, on découvre sur les murs de très belles fresques, illustrant des traversées océaniques, des explorations maritimes.


Quelques citations, éparpillées çà et là, invitent à la méditation. En voici deux : -"Through wishdom one reaps happiness." -"You should establish yourself in virtue, if you want to be successful in your life."

En tournant à gauche, je remonte la rue des monastères. Une grande statue de Bouddha debout n'est pas accessible. Puis j'ai envie d'entrer dans la Guesthouse du Sikkim. Discussion avec le manager, originaire du Sikkim, qui vante ses montagnes et m'incite à y aller. Comme si j'avais besoin d'encouragement...

Le temple du Bhoutan est fermé, mais j'entre dans le temple tibétain Karma. L'ensemble est récent. Les fresques extérieures respirent de fraîcheur. A l'intérieur, d'autres fresques illustrent des épisodes de la vie du Bouddha (naissance, éveil, enseignement, nirvana).

A la sortie, je m'attable à la terrasse d'une dhaba (jus de fruit et boules au miel), exténué par la canicule hyperhumide, très désagréable. Trois minus me persécutent, car je suis le seul étranger dans le coin. Ils s'exercent avec obstination à la mendicité, reprenant en choeur un slogan... Je choisis l'indifférence totale. Avec de la patience, cela marche toujours. Cette fois, ces teignes abusent longtemps de la mienne...

Le temple japonais Daijokyo compte des deux côtés de l'allée un alignement de lampes de terre cuite. A gauche, cet alignement s'incurve dans le jardin jusqu'à la statue d'un homme qui prie. Dans le temple, la grande salle semble vide. Au fond, une sculpture de Bouddha, dans un cadre riche, où le doré domine.

Plus loin, les japonais ont construit une statue de 25 mètres de haut, dans le style Kamakura. C'est un Bouddha assis, inauguré en 1989 par le Dalaï Lama. Autour, les statues de dix disciples, cinq de chaque côté, complètent cet ensemble à la gloire des fondateurs du bouddhisme (Rahula, Ananda, Mahakassapa...)
Un orage me chasse de l'enceinte.
Je m'engouffre dans un rickshaw pour échapper à la douche.

Lionel Bonhouvrier.

vendredi 14 août 2009

D2. BODHGAYA ou l'ILLUMINATION (interprétation)



BODHGAYA

ou l'ILLUMINATION


(interprétation)




S'asseoir à l'ombre d'un banian.
Faire le vide, repousser les parasites de l'esprit.
Partir dans l'immobile à la recherche de la Vérité !

Sommes nous capables de comprendre - en ce monde obsédé par le téléphone mobile, internet, le zapping télévisuel et intellectuel, les écrans stressés et stressants - sommes nous encore capables d'une démarche comme celle de Siddharta Gautama ?

Méditer à l'ombre d'un banian.
Descendre dans ses abysses obscures, où l'ignorance, l'envie, la colère jouent à cache-cache avec leurs soeurs siamoises ?

Peut-être me faut-il empreinter la même Voie, spirale aspirée par le gouffre, pour raconter une telle aventure de l'Esprit.
Et creuser le labyrinthe de nos monstruosités pour atteindre au fond du puits, tout au fond, la Lumière ?

Le Bouddha l'a souvent répété : il n'est ni un dieu, ni le messager d'un dieu.
Ce qu'il a réussi, un autre homme peut l'accomplir.

Les maladies, la vieillesse, la mort forcent le jeune Siddharta à abandonner palais, famille, richesses. Il commence l'ascèse rigoureuse d'un ermite.
Au bout de six ans, il manque mourir de privations et d'invraisemblables austérités...
Par souci d'efficacite, il choisit une ascèse plus équilibrée, sa future Voie du Milieu.
Décidé à parvenir à l'Eveil, il médite plusieurs semaines sous un arbre de Bodhgaya.

Ainsi donc,
méditer en profondeur à l'ombre d'un banian.
Et dans ce puits d'humilité, heure après heure, attirer à soi -comme la mer attire les rivières - ce qui coule et se transforme, tous les mirages de l'instabilité.
Les passer en revue avec rigueur, un à un...

Etre confronté aux démons sous le banian.
La victoire au combat signe la vérité de la démarche.
Mara lutte contre Siddharta, comme Satan et ses ruses combattent Jésus dans le désert de Jéricho.
Et Siddharta et Jésus l'emportent contre les forces du Mal.

Siddharta Gautama nie les présences démoniaques sans les combattre, en toute sérénité.
Il affirme être parvenu à la compréhension totale de la nature, des causes de la souffrance humaine et des étapes nécessaires à son élimination.
Par la concentration exceptionnelle des forces de son esprit, il atteint l`Eveil et devient le Bouddha (Bouddha signifie "l`Eveillé" en sanscrit).


Qu'est-ce que l'Eveil ? Qu'est-ce que l`Illumination ?
Et comment les atteindre ?

A Sarnath, Bouddha propose de suivre la voie du Milieu grâce une méthode.
A Bodhgaya, il ouvre la Voie, purifie son propre esprit des conceptions fausses.
L'Illumination est une perception claire de la réalité.
Elle ne résulte pas d’une intervention surnaturelle, mais d'une attention particulière portée à la nature de l'esprit humain.
Elle est donc possible pour tous les êtres.

Le dictionnaire Shambhala définit l'illumination comme «un éveil du vide, dans lequel la personne est vide et même l'univers tout entier est vide."
Au sens bouddhiste, le vide est de l'impermanence, l’absence d’essence et l’imperfection, trois caractéristiques de la vie et du monde.

Le vide signifie que tout est en constante évolution.
Il n'y a pas de solidité, aucune forme permanente, tout change.

Le Bouddha l'a souvent répété : il n'est ni un dieu, ni le messager d'un dieu.
Ce qu'il a réussi, un autre homme peut l'accomplir.


Au temple de la Mahabodhi, on descend graduellement plusieurs escaliers depuis l'entrée.
Un Dieu, on lui construit un temple, perché sur une montagne - au plus près des Cieux.
A Boghgaya, on rend hommage à un homme, l`Eveillé, qui est descendu au fond de son puits intérieur.

Le temple est donc construit au creux du site.
Je découvre une flèche pyramidale de 50 mètres de hauteur, encadrée de deux autres plus petites...
Cette débauche d'architecture est une erreur, dont les religions sont coutumières.
Les hommes adorent l`idolâtrie !

Siddhata Gautama aurait préféré un simple banian.
Que l'on dynamite cette masse de pierres !
Ne gardons que l'arbre de la Bodhi ,ou plutôt une pousse de l'ancien banian, rapportée du Sri Lanka, devenue considérable.

Mais c'est beaucoup demander aux hommes.
Entrer dans le site sacré, descendre les marches et ne trouver en bas qu'un arbre...
L'humilité est une vertu d'élite.

Trois flèches massives de pierres flattent l'ego des fidèles et des prêtres, détournent de l'essentiel.
En l'occurrence... s'asseoir à l'ombre d'un figuier pour méditer, à la recherche de la Vérité.

Lionel Bonhouvrier.

jeudi 13 août 2009

D1. BODHGAYA ou l'ILLUMINATION (histoire)




BODHGAYA

ou l'ILLUMINATION 

(histoire)






Bodhgaya est un lieu serein, où l'on séjourne volontiers après avoir posé son sac dans un des monastères.
Dans le Mahabodhi temple, le banian sacré est une pousse de l'arbre sous lequel Siddharta méditait sur les excès de la vie avant d'atteindre l`Illumination.
L'histoire est célèbre.

* * *

Confronté à la réalité de la souffrance (maladies, vieillesse, mort), Siddharta Gautama est déçu par la vie profane. Il rejete famille, palais et richesse.
Voulant comprendre le véritable sens de la vie humaine, il commence une vie d'ascèse, à la recherche de la vérité.
Il suit les enseignements de plusieurs ermites et s'inflige des pratiques méditatives austères.


Son premier maître lui apprend à maîtriser le septième dhyāna, la sphère du néant. Cela lui semble insuffisant.
A Rajagraha (Rajgir), son second maître lui enseigne le huitième dhyāna, la sphère de ni perception ni non-perception.
Siddharta estime ne pas avoir trouvé la voie vers le nirvana.


Pendant six ans, Siddharta pratique des austérités physiques rigoureuses avec cinq compagnons.
Il manque mourir d'abstinence et décide de trouver une autre voie.
A Bodhgaya, il abandonne des pratiques, qui ne débouchent pas sur une meilleure compréhension du monde.
L'extrême rejet de soi ne mène pas au bonheur ultime.
Il accepte des mains d'une jeune fille un bol de riz au lait, mettant ainsi fin à ses mortifications.

Il choisit la voie du Milieu, ou moyenne, qui refuse le laxisme comme l'austérité excessive.
Ses cinq disciples l'abandonnent, se jugeant trahis.
Siddharta se concentre alors sur la méditation.
Il décide de ne compter que sur sa conscience pour le guider sur le sentier de l’Eveil et de l’Illumination.


Siddharta Gautama s'assied alors sous un pippal (Ficus religiosa).
Il fait le vœu de ne pas bouger avant d'avoir atteint la Vérité.
Il entre dans une méditation profonde au cours de laquelle il purifie complètement son esprit des conceptions fausses.
Mara, démon de la mort, s`effraye du pouvoir que cet homme obtient grâce à la paix de l'esprit.
Il pourrait délivrer les hommes de la peur de mourir...
Pour perturber sa méditation, Mara lance contre lui de terribles démons et ses filles séductrices.
En vain.
Une main posée sur le sol, Siddharta prend la terre à témoin de ses mérites passés.
Accédant à l'Eveil ou Illumination, Gautama devient le Bouddha ("celui qui est éveillé" en sanskrit).
Il nie les présences démoniaques sans les combattre, en toute sérénité.
Il affirme être parvenu à la compréhension totale de la nature, des causes de la souffrance humaine et des étapes nécessaires à son élimination.



Lionel Bonhouvrier.

mercredi 12 août 2009

C2. L`UNIVERSITE de NALANDA (12.08.2009).




L'UNIVERSITE de NALANDA


Le stupa de Sariputta est la ruine la plus représentative de l'université de Nalanda, qui compte de nombreux monastères et temples. Au cœur de l'empire de Magadhan, terre sainte du bouddhisme (Bihar), subsistent les ruines de Nalanda, cité monastique et métropole spirituelle du monde bouddhique.

La tradition rapporte que Bouddha et Mahavira ont fréquenté l'universit
é de Nalanda. Ashoka (empereur Maurya au IIIe s. av. J.C.) fait bâtir des monastères et des temples sur le domaine.
Nagarjuna (fin du IIe s.), le philosophe bouddhiste, est un étudiant et professeur célèbre de Nalanda.

Au milieu du Ve siècle après J.C., Kumaragupta Ier (roi gupta) fonde un monastère sous le nom de Mahavihara (de Maha : grand et vihara : monastère). L'université religieuse grandit rapidement.
Son prestige s'accroit sous le règne brillant d'Harsa de Kanauj (606-647).
Roi lettré, qui compose vers et pièces de théâtre, c'est le dernier roi bouddhiste de l'Inde du nord. À son apogée au VIIe s., Nalanda accueille 2 000 professeurs et 10 000 étudiants. De renommée internationale, elle attire des moines étudiants du Tibet, de Birmanie, d'Indonésie, de Corée et de Chine.

Le voyageur chinois Xuanzang y étudie et y enseigne plusieurs années au VIIe s.
Il en fait une description enthousiaste dans son compte-rendu de voyage. Avec une bibliothèque et un observatoire, l'université compte quatre mille étudiants quand il y séjourne.
On y accède par une série de tests très difficiles : deux tiers des candidats échouent...

Les textes du bouddhisme sont obligatoires.
Védas et Upanishad sont enseignés par des brahmanes.
On y étudie aussi la cosmologie, la philosophie, la logique et la grammaire.
Ainsi que la médecine, la chirurgie, les mathématiques et la physique.

Les cours sont gratuits, car l’université est financée par des revenus collectés dans les villages locaux (les villageois fournissent également la nourriture).
La fin des études se termine par la soutenance d'une thèse. Les rois Pala, qui gouvernent le Bihar et le Bengale (mi VIIIe s. - fin du XIe s.), embellissent Nalanda. L'université devient un foyer artistique, qui influence le monde bouddhiste au travers des styles que les étudiants étrangers rapportent chez eux après leur séjour d'étude.
De même, des souverains étrangers invitent des maîtres de Nalanda à venir enseigner dans leur pays.
Ainsi vers 750, un roi du Tibet appelle Padmasambhava, qui fonde le bouddhisme tantrique tibétain.
Nalanda sert aussi de modèle à d'autres universités - comme Vikramasila. Celles-ci participent à la propagation du bouddhisme.

Au IXe s., combattu par les nouvelles philosophies hindouistes, le bouddhisme décline en Inde.

Vers 1200, l'université est détruite par des turcs musulmans lors de leurs raids dans la vallée du Gange. Les moines se réfugient dans les montagnes en Assam, au Népal, au Cachemire et au Tibet. Une tentative de reconstruction échoue, car des brahmanes mettent le feu aux nouvelles structures. Le site est abandonné.
Au musée de Nalanda, un grand nombre de bronzes bouddhiques et hindous des périodes Gupta, post-Gupta et Pala, sont exposées.

-------------------------------------

Je passe deux nuits au monastère bouddhiste chinois de Nalanda.
Je travaille tout le temps.
Pour me détendre, dans le grand jardin, je joue avec les innombrables chiens et chiots du monastère (sauf avec deux ou trois, stupides aboyeurs).
J'aime aussi converser longuement avec le prêtre et manager des lieux, en soirée ou après un repas. Nous parlons de l'Inde, des Indiens, de la misère, du manque d'éducation de beaucoup d'Indiens, des relations entre les habitants et le monastère, de la corruption assez générale parmi les hommes politiques au Bihar...
J'en viens à parler de plusieurs de mes voyages en Inde.
La dernière soirée, nous échangeons nos projets.
Il souhaite obtenir un congé pour écrire sur l'histoire indienne.
Nous nous interrogeons sur le sens de la vie, sur ce qui importe dans une vie d'homme.


Lionel Bonhouvrier.

C1. NALANDA (11.08.2009).


NALANDA



Je vais bâtir ma demeure
de la façon la plus solide
en commençant par l'esprit

Seule, une poignée d'amis importe
qui n'ont pas froid aux yeux
qui acceptent de payer
le prix de leur liberté

Mais que faire de tous ces mendiants ?
Les parents incitant leurs enfants
se servant d'eux sans remord ?

Je refuse d'être sentimental
la dignité n'est pas à vendre
celle d'autrui m'importe trop


-------------------


Le Bihar est l'un des Etats les plus pauvres, les plus arriérés, de toute l'Union indienne.
Et ce n'est ni un hasard, ni une malchance.

L'habitude de la mendicité, une éducation faussée par l'influence des castes, la résignation devant la pauvreté, la corruption d'une grande partie des hommes politiques du Bihar...

Dans cet Etat, les scandales sont nombreux, les journaux les relatent au quotidien...


Lionel Bonhouvrier.

lundi 10 août 2009

B3. RAJGIR, TERRE MYSTIQUE (10.08.2009).




RAJGIR, TERRE MYSTIQUE




C'est une terre de pèlerinage pour de nombreuses religions.
Pour les bouddhistes, car Rajgir était le lieu préféré du Bouddha.
Pour les jaïns, car plusieurs tirthankars y ont vécu, dont le célèbre Mahavira.

Mais également pour les hindous et les musulmans...


Rajgir, ou Rajagriha (en sanskrit), signifie "le Palais royal".

C'est la capitale de l'Empire Magadhan, florissant au VIe s. av. J.C.

C'est la première capitale connue de l'histoire indienne.


Sa fondation est inconnue.

On y a retrouvé des restes de céramiques datant de 1000 av. J.C.

D'après Xuanzang, grand voyageur chinois, (voir l'article sur lui) la vieille ville était située dans une autre vallée, entourée d'une muraille de pierres cyclopéennes.

La ville nouvelle, plus vaste, était construite près de l'actuelle Rajgir.


Rajgir est située dans une vallée verdoyante, entourée de collines rocheuses, traversée par la rivière Banaganga.

Collines et grottes environnantes étaient habitées par des maîtres spirituels, des métaphysiciens et par les philosophes des Upanishad.

Rajagriha était le centre d'une grande activité religieuse et intellectuelle.


Siddharta Gautama fait plusieurs visites à Rajagriha (en pali : Rajagaha).

Il habite différents lieux de la région.

Son lieu de séjour préféré est Gridhrakuta, le célèbre Mont des Vautours, ou Pic des Vautours.

Il y séjourne 12 ans dans un monastère. Ses enseignements y sont écrits pour la première fois.


Seize ans après son Illumination, Bouddha réunit à Saptaparni une assemblée, présidée par Mahakassapa.

Chaque année, 5000 moines et nonnes se rassemblent, pendant les trois mois de la saison des pluies.

Bouddha délivre au Mont des Vautours l'essentiel de son enseignement :

- le Sutra du Lotus, qui promet le salut à tous les êtres

- le Sutra de la perfection de la Sagesse (Prajnaparamita).


Bimbisara, roi du Magadhan, est un grand admirateur du Bouddha, avec lequel il s'associe.

La tradition bouddhique raconte deux visites du Bouddha au roi, avant et après son illumination.
Bimbisara offre au Bouddha un bois de bambous, où est construit le premier monastère bouddhique, au lieu dit Venuvana.
Le médecin Jivaka, originaire de Rajgir, donne le monastère de Jivakambavana.


Je visite en tonga, avec une amie japonaise Fuka, plusieurs lieux bouddhistes de Rajgir.

Un temple birman possède un porche d'entrée avec trois flèches, composées de plusieurs toits.

Des éléphants debout sont gravés dans le bois des portes.

Sur les marches, deux fillettes s'épouillent mutuellement.



Après la visite de Virayatna (ashram jaïn), nous arrivons à l'entrée du temple japonais moderne.

A droite sous un kiosque, un grand Bouddha blanc est assis. Il offre sa protection par le geste de l'Abhaya.

En face, une belle stèle grise, aux calligraphies dorées, précède le temple.

La façade blanche du temple, à lisérés dorés, étincelle au soleil de midi.

Quatre lions dorés se figent autour des marches, abrutis de soleil.



A l'intérieur, une immense salle est éclairée par une grande verrière zénitale.

Un autre Bouddha, dont la main droite touche le sol, rappelle sa méditation sous l'arbre de la Bodhi.


Un pont donne accès à un sous-bois, où nous essayons de nous rafraîchir.

Sans grand succès...

Des gamins nous tournent autour, brûlant de discuter, ou de nous servir de guide.

A la sortie, les marchands qui nous ont vendus un guide de Rajgir, nous assaillent de nouveau, vautours au discours immuable...

La patience est la qualité essentielle, en Inde.


J'aborde maintenant certains aspects hindouistes de Rajgir.

Rajgir est mentionnée dans le Mahabharata.
Son roi Jarasandha, adepte des arts martiaux, combat les Pandava et tient en échec Krishna.
Les parties de son corps amputées se ressoudent d'elles-mêmes !
Certains lieux évoquent ces combats. Notamment l'un opposant Bhima à Jarasandha. Bhima finit par tuer son coriace adversaire...


Rajgir possède de nombreux temples hindouistes.

Ceux de Shiva, de Durga par exemple.



Rajgir est aussi une ville d'eau, grâce à la présence de sources sacrées pour les quatre religions (bouddhique, hindouiste, jaïne, musulmane).

Dans l'enceinte du temple hindou de Lakshmi Narayan, je descends les marches des bains.

On se jette sur moi ! Un prêtre m'impose une prière annonée à toute vitesse, avec force gestes impressionnants. Coincé, je me fends d'un bakchish...

D'autres reniflent le pigeon... Mais je résiste...

Une fois en maillot de bain, je ne peux veiller sur mon sac et mes vêtements... Je les confie donc à un autre prêtre, qui se pourlèche à l'avance...


Avec d'autres Indiens, je me baigne trente minutes dans un petit bassin, alimenté par une source d'eau chaude.

Etant donné le contexte, l'eau est assez salée...

Avant et après le bain, on passe sous une fontaine d'eau chaude, cela décrasse...

Je ne pinaille pas, canicule oblige...

Après ce bain, je baigne d'euphorie, deux heures planant...



Je détaille le rôle que joue Rajgir pour les Jaïns dans un article spécial (RAJGIR JAIN en TONGA, dans le blog "jaïniste").

Quant à son importance pour les musulmans, je ne m'en suis guère aperçu sur place, par manque de temps.

Des recherches s'imposent !



Un de mes endroits préférés à Rajgir passe inaperçu pour beaucoup de visiteurs.

C'est une petite acropole au sommet d'une butte modeste, qui forme un parallèlépipède, muré par de gros blocs de pierres.

L'acropole est elle-même enchassée dans un espace plus vaste, clos de pierres semblables.

A l'intérieur, dix stèles de pierre sont dressées, dont une, bellement sculptée.

D'autres blocs de pierre jonchent cette carrière particulière.


J'ai plaisir à tourner autour des stèles.

Le lieu évoque une Mycènes miniature, espace vibrant d'énergie, où tout est possible.

A côté, quelques tombes musulmanes subsistent, beaucoup plus récentes que l'acropole.

Pour prolonger ce plaisir, je photographie en macro-numérique fleurs et insectes.
Vous avez dit mystique ?



A SUIVRE...


Lionel Bonhouvrier.

dimanche 9 août 2009

B2. SHANTI STUPA de RAJGIR (9.08.2009).




SHANTI STUPA de RAJGIR






Les tribus d'Indiens en sari/pantalon-chemise
par troupeaux ont déserté


Solitude à deux :
mon amie japonaise dessine


j'inscris le paysage dans des mots
où la paix respire


Deux longos perchés sur un arbre
le regard éperdu


contemplent les collines
grognent devant leur beauté


Le gong du temple bouddhiste
bat la mesure régulière
d'une mélopée grave, profonde


La nature récapitude son monde sonore :
un coq chante le lever au coucher du soleil
pépiements des oiseaux
braîement d'un âne
voix humaines trouées d'espace



* * *



On peut accéder au Shanti Stupa grâce à un télésiège.
En huit minutes, il transporte les passagers, individuellement, jusqu'au sommet de la colline (Ratnagiri Hill).
On traverse un sous-bois, accueillis par de gros singes plutôt calmes.
Visiblement, ils sont fort bien nourris...


Resplendissant de blancheur, le stupa japonais ressemble à ceux que j`ai vu à Leh, au Népal (Lumbini) ou ailleurs.
Forme classique, orné de sculptures dorées du Bouddha représentant sa naissance, son illumination, son enseignement et sa mort.
Le concepteur est japonais : N. Ohoka.


Ici, chaque aménagement est réfléchi : un portique et sa grosse cloche, les sculptures de lions jaunes, les portails blancs, les stèles japonaises calligraphiées, les lampes de pierre...


Plus haut, la musique attire les visiteurs.
C'est un temple japonais, où chacun peut s'exercer à battre le rythme sur un tambourin.
La cadence est donnée par deux moines, imperturbables.
Le résultat est parfois cacophonique... Certains enfants, et quelques adultes, s'amusent beaucoup à faire du bruit !


Je retrouve Fuka à la sortie du temple.
Nous descendons la colline trente mètres, à la recherche d'un peu de tranquillité...
Le paysage dévoile plusieurs collines. En cette fin de belle après-midi, on respire.
En contrebas, c'est le fameux mont des Vautours, tant aimé par Siddharta Gautama.
Après quelques photos, nous nous installons.


Fuka dessine la cloche.
J'écris un poème.

Ceux qui passent se montrent discrets.
Notre solitude s'avère acceptable.


Plus tard, nous descendons le chemin qui mène au mont des Vautours.
Nous y sommes presque quand Fuka claque une tong.
Du coup, je me rappelle l'heure. Il est près de 17h, heure de fermeture du télésiège...
Remontée en suant, car la chaleur persiste...


Au télésiège, nous nous installons sur notre siège individuel.
La descente est aussi jouissive que la montée, dans un silence parfait, sans le moindre frottement.
Si j'avais su que je marcherai sur les traces du Bouddha, en planant comme un vautour, du haut d'un télésiège !




Lionel Bonhouvrier.

B1. AUBE à RAJGIR (8.08.2009).






AUBE à RAJGIR








Dans l'espace clos, infini

d'une chambre

entre ses murs bleu ciel

une paix fraîche

anime le linge sur la corde



Chambre marine : rectangles bleus

que le miroir reflète

klaxons, voix humaines s'infiltrent

peu à peu l'hélice nous propulse

hors des rêves sous-marins




Lionel Bonhouvrier.

jeudi 6 août 2009

A. A PATNA (7.08.2009).



A PATNA









A Patna

emmenez votre énergie portative

vous en aurez besoin !





Le premier soir, je ne trouve une chambre

qu'après une douzaine de refus...

-"No room more !"

-"All is full !"

-"The hotel is full !", ...





L'hôtelier est un crétin.

Son refrain est : "Money ! Money !"

Il ne parle pas, il aboie.

Patiemment, je l'éduque :

-"You have to be polite, sir !

Tell me PLEASE

and I will give you these 300 roupies..."





Décidé à ne plus voir sa tête

je visite le lendemain matin

une douzaine d'hôtels supplémentaires.

L'accueil est souvent froid

je ne récolte que refus !





La plupart ne louent qu'aux Indiens

souvent pour une semaine, ou plus.

Ils n'ont pas de licence pour les étrangers.

Très peu d'hôtels bons marchés

acceptent de louer aux étrangers...





Dépité, je reste une autre nuit

chez le Roquet, lui offre 200 roupies

pour chaque nuit supplémentaire.

-"No discount ! It's 300 roupies !"

Deux phrases ? Quel progrès !





Après des heures de recherches

je trouve un bon cybercafé

car ce deuxième jour est férié

(fête des frères et des soeurs)

et je galère comme un damné

exclu de cyberespace...





Le troisième jour, allant surfer

je croise une Japonaise qui cherche

une chambre désespérement...

Je la conduis chez mon taulier

qui lui en propose une sans hurler...





J`invite la Japonaise à dîner

de retour à notre hôtel

je lance à Cerbère et compagnie :

-"Good night, gentlemen !"

Cerbère en oublie de répliquer :

-"Money ! Money !"

et je monte à ma chambre sans payer.





Ce matin, je descends avec 300 roupies.

Le Roquet m'agresse d'un "Pay !" lapidaire

que faire face à une brute pareille ?







Lionel Bonhouvrier.